Samedi 23 février 2002 - Galerie Doria Pamphili, château Saint-Ange

 
 

 

Galerie Doria Pamphili - Michelangelo Caravage, Repos pendant la fuite en Égypte

Dans la salle dédiée au XVIIe siècle, se trouvent le Repos pendant la fuite en Égypte et Madeleine du Caravage, acquis par Camillo. Celui-ci a également acheté la Diseuse de bonne aventure, offerte à Louis XIV en 1655 et actuellement au Louvre. Le Repos, peinture inhabituelle du Caravage (1571 - 1610) qui représente un paysage tout en ton clairs, est réalisé vers 1595 au moment où l’artiste fréquente le Cardinal Del Monte.

Fils d’un "maître de maison et architecte" très lié à François Ier Sforza, marquis de Caravaggio, Michelangelo Merisi est né en 1571 à Milan, où vit sa famille avant qu’elle ne s’installe dans une bourgade de Lombardie, Caravaggio, du nom de laquelle on l’appellera. En 1584, son frère, devenu son tuteur à la mort de son père, le place en apprentissage auprès d’un peintre milanais, Simone Peterzano, chez qui il restera quatre ans. En 1589, on le retrouve à Caravaggio, où sa mère meurt l’année suivante. Après le partage de l’héritage, en 1592, on perd sa trace jusqu’en 1599. De là provient son image d’homme violent et querelleur, allant de ville en ville pour échapper aux suites judiciaires de ses duels et de ses rixes.

Certains historiens d’art ont évoqué la possibilité, non vérifiée, d’un voyage dans la cité des Doges, qui expliquerait les influences vénitiennes sensibles dans le Repos pendant la fuite en Égypte (1595-1597). Mais si le style lombard aux formes lourdes et sombres régnait à Milan, Giorgione et Titien n’y étaient pas ignorés. Peterzano lui-même était de Bergame, où avait travaillé Lotto. Enfin, des tableaux vénitiens étaient visibles à Milan, notamment ceux de Bassano, dont la Fuite en Égypte aurait inspiré au Caravage le climat lyrique et la technique tonale de son œuvre sur le même thème, ainsi que le luminisme de ses clairs-obscurs. Quant à l’appel à la "nature" contre la "manière", que l’on situe vers 1590, il est présent dès 1560 chez Bassano, dans son Paysage au semeur.

le Caravage, Repos pendant la fuite en Égypte

Caravage réinvente la vision iconographique traditionnelle. Beaucoup de "Repos pendant le fuite en Égypte" ont été peints depuis l’époque byzantine jusqu’au XVIe siècle. Jamais comme celui-là. On peignait le Repos, non les mollets de l’ange. Dans un paysage romain, à droite, dans une demi-lumière qui semble venir de l’irradiation de l’ange se tiennent la Vierge endormie et l’enfant qui s’endort. A gauche, dans l’ombre, Joseph n’a qu’un rôle de figurant, celui de lutrin. Le véritable acteur est l’ange qui joue du violon et lit la partition que tient Joseph. L’ange est l’axe de la composition. Figure étourdissante dans ce camaïeu de bruns, seule tache blanche, avec le dynamisme de cette draperie qui joue de la musique, la représente et l’illustre.

Si cette œuvre est encore loin des grandes compositions à venir, elle est extrêmement importante car elle apporte un monde nouveau. Caravage réinvente la vision iconographique traditionnelle. L’ange est musical par son drapé remarquable, statique par son corps droit comme un javelot. Le rendu de la lumière sur le bouteille cannée est magistralement peint. Précision, concision. Beaucoup plus qu’une peinture réaliste, c’est une peinture qui a une plénitude, une solidité qui frappe.

(pour la petite histoire)

La partition n’est pas un simple élément décoratif - déchiffrée récemment elle a déclenché l’idée d’organiser un concert où le morceau visible sur la toile était joué.

Repos pendant la fuite en Égypte, détail